Les pigeons de la place Saint-Marc


Quand j’étais gamin, mes parents m’ont emmené à Venise.

Nous étions à la terrasse d’un café de la place Saint-Marc. Des employés municipaux sont arrivés avec des arrosoirs pleins de graines qu’ils ont déversées à différents points.

Instantanément, des centaines de pigeons ont surgi de nulle part et ont littéralement recouvert la place. Puis, au bout de quelques minutes, ils se sont envolés, après s’être assuré qu’il ne restait plus rien à manger.

Bien des années plus tard, cette image m’est revenue alors que je conseillai un porteur de projet. Il était satisfait de savoir qu’il n’avait pas de concurrent sur son marché. Moi, cela m’inquiétait plutôt.

Car s’il n’y a pas d’autre oiseau que lui sur la Place Saint-Marc, c’est peut-être parce qu’il n’y a rien à manger ?

La présence d’une concurrence devrait, au contraire, être accueillie comme la première preuve de l’existence d’un marché. Tout est une question de dosage : une concurrence raisonnable (par opposition à une compétition acharnée) laissera toutes ses chances à l’entrepreneur qui saura se distinguer en présentant une meilleure offre.

Légende : la Place Saint-Marc à Venise (source Wikimedia)

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.